Lien

Actualité

Basilique avec sa flèche

Et si on reconstruisait la flèche de la basilique ?

Vendredi 1er mars, à l’occasion d’une conférence de presse, Didier Paillard, maire de Saint-Denis, et Patrick Braouezec, président de Plaine commune, ont annoncé leur souhait de relancer de le projet de reconstruction de la flèche de la basilique. Le projet a déjà trouvé un parrain, l’académicien Erik Orsenna.

A l’origine, la basilique avait une allure bien différente du monument actuel. Une immense flèche la surmontait et lui offrait des dimensions spectaculaires. Malheureusement, le sort s’est acharné sur le monument.

En 1837, la foudre frappe la flèche et l’endommage sévèrement. Trois ans plus tard, elle est reconstruite avant qu’un ouragan ne la fragilise. Elle est alors démontée par l’architecte, ainsi que la partie supérieure de la tour. Les pierres sont toujours stockées, en partie, à l’arrière de la basilique. Elles ne demandent qu’à être réutilisées. Déjà, dans les années 1980, Marcelin Berthelot, maire de Saint-Denis, avait lancé ce projet de reconstruction de la flèche. En 1989, la ville avait même obtenu le feu vert du ministère de la culture. Mais, rapidement, les discussions autour de la construction du Grand Stade, le futur Stade de France, ont éclipsé le projet.

« L’Hermione » comme modèle

« Aujourd’hui, nous voulons ressortir le projet des cartons », explique Didier Paillard, maire de Saint-Denis. « C’est finalement assez logique quand on voit à quel point le centre-ville a évolué, avec la piétonisation et la restructuration de la place Victor Hugo. Il ne manque plus que la flèche ! »

L’idée serait de mettre en place un chantier pédagogique où les savoir-faire traditionnels des bâtisseurs seraient mis à l’honneur. De telles expériences ont déjà été menées avec succès en France. C’est le cas du chantier de « L’Hermione », une frégate du 18ème siècle, actuellement en cours de reconstruction à Rochefort, en Charente Maritime. Erik Orsenna est à l’origine du projet. « Dès le début, il y a 17 ans, nous avons voulu mettre le chantier au cœur de l’aventure », précise-t-il. « Il s’agissait de faire découvrir aux visiteurs le nombre incroyable de métiers qui interviennent dans la construction d’un tel bateau. L’engouement du public a dépassé toutes nos espérances. » La construction du bateau, qui s’élève à 22 millions d’euros, est d’ailleurs financée à 65% par les visites.

L’idée est de reproduire l’expérience à Saint-Denis, en s’appuyant également sur des mécènes privés. « Nous savons qu’obtenir des financements de l’Etat sera très compliqué », explique Didier Paillard. « Mais les grandes entreprises, notamment celles implantées à La Plaine, manifestent leur intérêt pour le projet. Elles y croient ! » Un parcours de visite, combinant l’îlot Cygne, les réserves de la basilique et le chantier de la flèche, pourrait sans doute attirer de nombreux visiteurs. « Au-delà de la dimension patrimoniale, c’est un projet de territoire qui dynamisera Saint-Denis et rendra fiers les habitants, j’en suis sûr », explique le maire. Les porteurs du projet annoncent un démarrage du chantier fin 2014-début 2015. Il faudra sans doute attendre quelques années supplémentaires avant que la basilique ne retrouve sa flèche majestueuse.

Contacts utiles

  • Partager Et si on reconstruisait la flèche de la basilique ? avec vos amis sur Facebook
  • Partager Et si on reconstruisait la flèche de la basilique ? avec vos amis sur Twitter


Facebook- Logo 40 pixels de haut
    Dailymotion - Logo 40 pixels de haut  Flickr - Logo   

Mairie Infos

  • Pour un quartier plus apaisé

    Le Maire renouvèle les arrêtés pris fin juillet 2013 pour la fermeture de commerces après 20 heures dans le quartier Gare (hors bars, brasseries, restaurants, boulangerie et pâtisseries), dans le cadre de la Zone de sécurité prioritaire et en lien avec la préfecture et le commissariat.