Lien

Actualité

Stade de France - Passerelle

Périmètre Stade de France : distribution des badges d'accès annuel 2015

Vous habitez dans le périmètre du Stade de France et vous possédez un véhicule ? Procurez-vous le badge d’accès 2015 qui vous permettra de circuler dans le quartier les jours de grandes manifestations.

La délivrance des badges s’effectuera entre le lundi 19 janvier et le vendredi 13 février 2015, de 9h à 12h et de 13h30 à 17h30 (fermeture du centre administratif tous les jeudis à 12h00).
Une permanence sera assurée les samedis 24 janvier, 31 janvier et 7 février, de 9h à 12h au rez de chaussée du centre administratif (salle 11/13).


Ce badge annuel vous sera remis sur présentation des documents suivants :
• Un justificatif de domicile de moins de 3 mois (quittance de loyer, facture de téléphone ou d’électricité…)
• La carte grise du véhicule au même nom et à la même adresse que votre justificatif de domicile
    - Si le véhicule vient d'être acheté :  l'original du certificat de vente dudit véhicule indiquant le nom et l'adresse du demandeur
    - Pour un véhicule de fonction : attestation de l'employeur indiquant le nom et l'adresse du conducteur ainsi que le numéro d'immatriculation
    - Si le véhicule est au nom d'un tiers : l'original de l'attestation d'assurance dudit véhicule indiquant que le demandeur en est le conducteur principal ou le deuxième conducteur.

Les badges seront à retirer :

Accueil voirie
Centre administratif de Saint-Denis
2 Place du Caquet - 3e étage

Voir aussi

Contacts utiles

  • Partager Périmètre Stade de France : distribution des badges d'accès annuel 2015 avec vos amis sur Facebook
  • Partager Périmètre Stade de France : distribution des badges d'accès annuel 2015 avec vos amis sur Twitter


Facebook- Logo 40 pixels de haut
    Dailymotion - Logo 40 pixels de haut  Flickr - Logo   

Mairie Infos

  • "Contre l’apartheid, changer de politique" , Le Monde, 16/02/2015

    Par Didier Paillard, maire de Saint-Denis « Apartheid ». Le mot, inexact et stigmatisant, du Premier ministre frappe d’abord comme un terrible aveu d’impuissance et d’échec. Les habitants des quartiers populaires ne sont pas victimes de la force ou de l’omniprésence d’une politique d’Etat raciste. Les habitants des quartiers populaires sont confrontés à la faiblesse, voire à l’abandon d’un Etat qui aggrave les discriminations au lieu de les faire reculer.